• Additifs Alimentaires

    Nombreux sont ceux qui me disent que l'information ne nous sert à rien si ce n'est se prendre la tête. Que de toute façon nul pouvoir ne nous est offert, nul choix ne nous est donné, qu'il n'y a rien à faire pour vaincre ceux qui nous usent.
    A ceux là je réponds qu'un homme averti en vaut deux et qu'un jour ou l'autre la nécessité de faire un choix implique celle d'être correctement informé. Certes je ne sais pas tout, et je ne peux tout savoir, mais ce dont je suis sûr c'est que je suis bien plus proche des vérités que ceux qui se voilent la face à larges doses de Tf1 et équivalents.
    Le choix va nous être demandé de savoir si on accepte ou non la vaccination contre le H1N1? Pour y répondre 3 solutions, croire les multinationales qui nous gouvernent et nous désinforment, tirer à pile ou face, ou recouper les informations. A chacun son style, mais le mien ne sera certainement pas celui de l'inconscience.
    Tout ça pour dire que des choix, on en a. Le premier est de ne pas se considérer comme un simple corps qu'il faut tenir au chaud, alimenter, et satisfaire de jouissances diverses et variées!


    Une des plus dramatiques aberrations dans nos sociétés occidentales est celle de l'alimentation. Nous sommes soumis à de très nombreux additifs alimentaires plus nocifs les uns que les autres. Additifs que nos institutions ne savent pas interdire. Tellement plus simple de mettre des radars sur nos routes! Pourtant sauver des vies devrait avant tout passer par là.
    Vous avez le choix de ce que vous ingurgitez, alors pourquoi là aussi agir comme un ovidé écervelé? En vous informant sur le sujet des additifs alimentaires, vous avez le choix de vous protéger vous même, et vos proches mais aussi et surtout de ne pas cautionner et financer des industriels traitres et assassins.

    A vous de voir, mais arrêter de dire qu'aucun choix ne vous est donné! Si nous en sommes là c'est avant tout parce que vous avez oubliez que vos esprits ne sont pas seulement là pour trouver comment satisfaire vos corps. Le corps est un outil et vous vous êtes vos esprits, même si de plus en plus l'inverse se vérifie.

    C'est ainsi que je vous invite à lire le bouquin de Corrine Gouget "Additifs Alimentaires Danger". Ce bouquin devrait toujours vous accompagner lorsque docilement vous faites vos courses!

    Additifs Alimentaires

    « Interview Burgermeister Grippe PorcineLa Nouvelle Dictature Médico-Scientifique »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 15 Novembre 2009 à 15:59
    Commentaire d'un ami et lecteur "El Guoso".

    En rapport avec le sujet de l'artcile :


    je ne suis pas un sp... Lire la suiteécialiste des étiquetages, je ne sais pas non plus de quand date cette vidéo, et, il fort possible comme le relève Khilou, qu'il y ait eu des modifications depuis. Il n'en demeure pas moins que la vidéo est significative: elle est une preuve du ( comme le dit encore Khilou en imitant à merveille Roumanov) "on ne nous dit pas tout". Or, la chose me paraît importante car on baigne aujourd'hui dans une culture ambiante de la transparence qui cherche à étouffer le doute: la soi-disant attitude décomplexée de la droite, le prétendu pas de langue de bois de Copé&co, la vaccination de Bachelot devant les caméras, bref, tout un ensemble de discours, de pratiques, de mises en scènes qui tend à nous faire oublier qu'on nous cache des choses, et des choses des plus importantes puisqu'elles concernent parfois la santé. C'est aussi à mettre en rapport avec le paternalisme sanitaire organisé ,notamment par la diffusion de spots publicitaires à la con financés par le contribuable: autrement dit, l'association du " on vous dit tout" et du "on se souci de vous" (lavez vous les mains, n'éternuez pas sur votre voisin, fumez tue la preuve en photo) tue l'interrogation. Je n'ai pas à m'interroger sur ce qu'est le E441ou tout autre jargon de l'industrie agroalimentaire puisqu'on me répète à la longueur de journée qu'on prend soin de moi. Je n'ai pas à interroger les dessous de l'augmentation du prix du tabac puisqu'elle faite pour moi. Je n'ai pas à me demander ce qu'est un adjuvant, puisque si c'était du mercure ou de l'aluminium, on me le dirait. je n'ai pas, lorsqu'il existe un doute sur l'innocuité d'un vaccin avec adjuvant, à me demander si les vaccins sans adjuvants sont efficaces puisque si tel n'était pas le cas, alors ils n'existeraient tout simplement pas. Evidemment, en théorie,sur le plan strictement juridique, tout cela reste possible: on est dans une démocratie, on a le droit de se poser des questions, et quand on se les pose, on peut trouver facilement des réponses via internet. Mais, l'essentiel n'est pas là: la transparence affichée, le paternalisme dégoulinant fonctionnent comme des discours et des pratiques qui peuvent être lues comme des modes de subjectivation au sens où ils créent des manières de penser (qui en l'occurrence est une manière de ne plus penser) tout en culpabilisant. Tout est organisé pour ne plus faire naître l'interrogation tout en refaisant tomber la faute sur le destinataire: je ne mange pas de porc, j'ai ingurgité pendant des années de la gélatine du E441 et je le découvre bien après, et bien, c'est de ma faute, je ne peux m'en prendre qu'à moi-même, il me suffisait de chercher (bref le fameux "ce n'est pas nouveau" lâché par Frank). Je me fais injecter un vaccin sans adjuvant, j'attrape la grippe A, et bien, ce sera encore de ma faute: non seulement j'aurai du suivre l'exemple de Bachelot, mais surtout, j'aurai du chercher si ces vaccins étaient ou pas efficaces. Je me fais injecter un vaccin en période de politique de vaccination obligatoire et je subis un effet secondaire: c'est la faute de mon métabolisme, mon corps n'avait qu'à réagir comme celui des autres...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :