• La Nouvelle Dictature Médico-Scientifique

    Ainsi , lorsque le scandale de la « vache folle » a été découvert cela faisait bien longtemps que les technocrates de Bruxelles étaient avertis des dangers des farines animales, mais une note interne révèle l’attitude conseillé par ses instances européennes au Comité vétérinaire permanent : « Il faut avoir une attitude froide pour ne pas provoquer de réactions défavorables sur le marché. Ne plus parler de l’ESB. Sur le plan général, il faut minimiser cette affaire ESB en pratiquant la désinformation. Il vaut mieux dire que la presse a tendance à exagérer. »

    Mais on ne savait pas… 

    Crédule peuple d’occident. Te voilà encore placé face à ta dégénérescence. T’auto-mutiler est devenu un passe temps. Ignorant les dérives qui sont les tiennes tu refuses ouvertement la prise de conscience, et un jour lorsque ton état ne pourra plus être divulgué et que ton esprit renaîtra alors tu t’exprimera de la sorte : « Mais on ne savait pas… ! »

    J’invite les derniers cerveaux en état de marche à dévorer le livre de Sylvie SIMON : « La nouvelle dictature médico-scientifique ».

    La Nouvelle Dictature Médico-Scientifique


     

    Extraits :

    Le Dr Benjamin Rush, médecin de George Washington et signataire de la Déclaration de l’Indépendance des Etats-Unis en 1776, avait prévenu : « A moins que nous n’incluions la liberté thérapeutique dans notre Constitution, la médecine installera un jour une dictature que nous sommes incapables de concevoir pour le moment. »

     

    L’industrie pharmaceutique devrait fabriquer des médicaments pour guérir les maladies, mais elle fabrique des malades pour vendre ses produits, constatait, le 16 novembre 2002, le british medical journal qui titrait « l’industrie pharmaceutique a fait main basse sur les autorités sanitaires ».Et le Dr Marcia Angell, ancien éditeur du New England Journal of medecine faisait chorus : « L’industrie a la main mise sur l’agence qui est supposée la contrôler. »


    A son tour, le Pr. Didier Sicard, chef de service à l’hôpital Cochin et président du Comité national d’éthique, dénonce cette situation : « S’il n’y avait que des vrais malades à soigner, la médecine serait en situation économique difficile. Il faut donc convaincre l’ensemble de la population qu’elle est potentiellement malade et vendre des médicaments à ceux qui n’en ont pas besoin. »

     

    Les propos d’Illich viennent d’être confirmés, une fois de plus, par Gary Null, célèbre défenseur de la santé aux Etats-Unis. Dans son ouvrage Deathly Medecine, il démontre qu’une étude approfondie des statistiques officielles américaines l’a mené à conclure que le système médical américain est devenu la principale cause de mortalité dans ce pays ! Ainsi, depuis les dix dernières années, la médecine américaine est responsable du décès de 7.8 millions de personnes, « soit plus que toutes les guerres auxquelles a participé le peuple américain depuis sa naissance historique ! ». Pour la seule année de 2001, 783 936 personnes sont mortes à cause d’interventions ou de traitements médicaux et 2.2 millions ont souffert d’effets secondaires dus aux médicaments pendant leur séjour à l’hôpital. Ces chiffres ont été confirmés à leur tour par une étude publiée dans JAMA (Journal of the American Medical Association).


    En effet, en 1991, Francesco de Lorenzo, ministre italien de la santé, a touché de nombreux pots-de-vin de plusieurs laboratoires, dont Smithkline Beecham. Le président de cette firme, qui fabrique le vaccin anti-hépatite B, a avoué avoir donné au ministre 600 millions de lires quelques mois avant que ce dernier rende la vaccination obligatoire dans son pays.


    Ainsi , lorsque le scandale de la « vache folle » a été découvert cela faisait bien longtemps que les technocrates de Bruxelles étaient avertis des dangers des farines animales, mais une note interne révèle l’attitude conseillé par ses instances européennes au Comité vétérinaire permanent : « Il faut avoir une attitude froide pour ne pas provoquer de réactions défavorables sur le marché. Ne plus parler de l’ESB. Sur le plan général, il faut minimiser cette affaire ESB en pratiquant la désinformation. Il vaut mieux dire que la presse a tendance à exagérer. »


    Comme le reconnaissait récemment et sans honte le directeur d’une chaine de télévision, l’important est d’endormir l’auditeur afin qu’il achète ce qu’on désir lui vendre.


    Quatrième de couverture  par :

    Philippe Desbrosses

    Docteur en environnement et expert consultant auprès de L’Union Européenne et du Parlement européen.

    « Nous avons souvent la faiblesse de croire que le monde médico-scientifique œuvre avec passion et dévouement pour le bien, de l’humanité, alors qu’il s’agit d’une industrie qui génère des intérêts d’autant plus colossaux qu’ils sont directement financés par des Etats crédules et parfois complices.

    Loin d’être un réquisitoire contre la science ou la médecine, ce livre pointe du doigt l’inquiétante corruption de ces milieux, cause de scandales et de mensonges institutionnalisés : médicaments dangereux (voire mortels), résultats falsifiés, sang contaminé, pollution diverses, mensonges sur le cancer, le sida, la grippe aviaire, les hormones, les vaccinations…

    Sylvie SIMON indique clairement à qui profite cette désinformation et donne la parole à des chercheurs, biologistes, médecins qui tirent la sonnette d’alarme. La première version de cette ouvrage, paru il y a dix ans, reste demandée par des lecteurs avides de vérité. C’est pourquoi l’auteur signe cette nouvelle version, réactualisée par de nouvelles informations, rarement connues du grand public. »

     

    « Additifs AlimentairesBigard très pertinent »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    strixbubo
    Vendredi 15 Janvier 2010 à 09:05
    Dans mon expérience la désinformation anti-vaccinale fait infiniment plus de tort  que les vaccins et tue bien davantage.

    2
    Vendredi 15 Janvier 2010 à 10:21
    Salut Strixbubo,

    Peux-tu justement nous faire partager cette experience?
    La vérité ne débouchera que du débat...

    Bonne journée
    3
    WatchTower
    Mardi 19 Janvier 2010 à 10:18
    Je ne me suis toujours pas prononcé sur cette histoire de vaccin. Car ce n'est certainement pas fini.
    Il faudrait savoir si leur programme de dépopulation est réel.
    Dans ce cas là, tuer des millions voir milliards de personnes via vaccin est une mauvaise tactique, puisque les survivants non vaccinés (donc dèja à la base dissidents) auront grillé le genocide.
    De plus, les moutons utiles, sont bien les vaccinés.
    Et si la vaccin protegait réellement, et que les non vaccinés se feront ravager par la maladie mutante. Les gouvernements diront "on vous avait prevenu, et c'était gratos". Strategie de culpabilisation.
    En plus, les gouvernements ont fait vacciner leurs forces armées. Curieux genocide vaccinal.
    Je ne nie pas la dangerosité des vaccins, mais il est impossible qu'ils tuent en masse, et ma théorie alternative est bien plus possible. Après, les quelques effets secondaires, cela vient de la perversité des Organisateurs qui souhaitent nous laisser comme choix la mort (non vaccination), ou le risque de mort (la lottery de la vaccination).

    Moi ce qui m'étonne, c'est que les doc anti vaccin ont eu plusieurs tribunes sur des chaînes purement capitalistes (TNT), et sur des radio gouvernementales comme France info.
    Moi ce qui m'étonne, c'est que la scientologie organise le mouvement anti vaccin sous couvert de l'association Sos Justice et droit de l'homme, qui a porté plainte au parquet de Nice pour "tentative de genocide mondial", et à laquelle est affiliée la mystique Jane Burgermeinster. ( http://www.cijoint.fr/cj200910/cij26lt6i1/txt ).

    Si tout cela n'était que coup de promo des lobby pharma, tant mieux.
    Et puis c'est vrai que c'est plus rentable de nous faire mourir lentement ( donc en consommant) via l'alimentation que l'on doit acheter (Mao faisait payer la balle de l'execution de l'individu à sa famille).

    4
    Id hi
    Lundi 12 Mai 2014 à 00:56

    Mais le vaccin n'est pas la pour tuer mais pour contrôler bien justement les moutons,

    En 2002 un gars était relier par ordinateur grâce a une puce dans son bras,

    En 2010 il était relier a sa femme.

    Bien entendu que nous n'y somme pas encore mais la technologie se développe de manière exponentiel et le principe du robot est bien ancré pour les enfant grâce a la merveilleuse chaine Gulli..

     

    Pour info pour le truc de la puce j'ai vu sa dans un documentaire arte : le futur by starck en 2013

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :